August 14, 2022

Dans une rue de Séville (Spain), May 7, 2020.

EITHEROn beaucoup pleuré le 19 mai à Villeneuve-d’Ascq, dans le Nord, when the director of Pimkie announced the disparition of the subsidiary mode du groupe Auchan. After Vivarte, France lost one of its principal representatives in a sector who semble prendre l’eau de toutes parts. Hausse des matières premières, ruptures d’approvisionnement, désaffection des jeunes sur fond de mauvaise conscience écolo, le sector de la mode à petit prix souffre. Even the American Gap and the Swiss H&M ont dû concede in the debut of the year with great results and dark perspectives.

Lire also: Article reserved for our subscriptions « Pimkie a été une belle marque, même copiée : quel gâchis ! »

Et puis, dans ce paysage en ruine, domine une figure qui semble inoxidable. The Spanish group Inditex, owner of the Zara brand, announced on June 8 the results of bouriffants. They are the operating result of the explosion of more than 80% in the first quarter of the fiscal year, regrouping on the month of February, March and April. Dans le meme temps, ses ventes ont reaped from 36% to 6.7 milliards d’euros, and the beneficial margin is a plus haut depuis dix ans. The inflation ronge les portefeuilles des acheteurs, la guerre en Ukraine ferme d’importants marchés, mais le world leader de l’habillement, né il already quarante-sept ans, poursuit sa route, unperturbed.

A control of draconian coûts

Sa recipe n’a pas changé depuis that they are créateur, Amancio Ortega, to ouvert sa première boutique Zara à La Corogne dans l’extrême ouest de l’Espagne. A production au plus proche, dans la péninsule Ibérique mais aussi au Maroc et en Turquie, au service d’une réactivité sans égale. Les succès des grandes maisons sont copiés à la vitesse de la lumière et produits dans des délais record en fonction de l’appétence des clients. Et, bien sûr, un control des coûts draconien, bien dans la mentalité galicienne. Le groupe pas hesité à faire payer les returns des chats sur Internet, sauf si les clients deplacent en magasin. Et ces derniers sont revenus après les confinements. In 2021, the company recorded a spectacular profit of 3.2 million euros, profiting from son development aux Etats-Unis.

Lire also: Article reserved for our subscriptions The challenges of Marta Ortega, heir to the empire Zara

Pour l’instant, Inditex se joue de l’inflation et des pénuries en all genre. Il en profite même, grace à son modèle peu dépendant de l’Asie pour ses approvisionnements. Mais comme beaucoup de ses concurrentes, il a dû gonfler ses stocks pour ne pas manquer des ventes, ce qui n’est pas dans ses habitudes of him. Car se profile dejà a nouveau danger pour les rois de la mode à petit prix. Celui d’une inondation par les invendus que force à brader au moment où tous les prix augmentent. C’est ce qui se passe en ce moment aux Etats-Unis et menace en Europe. Dans l’éphémère et fragile milieu de la mode, c’est un risque mortel.

Leave a Reply

Your email address will not be published.