August 8, 2022

Le Ledger Cathay Fund, de Ledger et Cathay Innovation, cherchera à stimuler l’écosystème français et européen dans le web 3.

ll s’appellera le Ledger Cathay Fund. Ce mercredi, la licorne française Ledger, spécialisée dans la sécurisation des cryptomonnaies, et la société de capital investissement Cathay Innovation ont annoncé le lancement d’un fonds d’investissement de 100 millions d’euros, pour financer les entreprises dans le web 3. Le fonds est notamment soutenu par Bpi France, d’autres investisseurs étant par ailleurs en train d’y rentrer.

Le fonds cherchera à stimuler l’écosystème français et européen dans le web 3, mais pourra également financer des sociétés étrangères, notamment américaines. Il réalisera des investissements en amorçage et en série A dans des entreprises spécialisées, comme dans la finance décentralisée, dans la propriété numérique ou encore la sécurité. Les tickets pourront aller de 500.000 euros à 5 millions d’euros.

Déjà 6 investissements dans les startups

Le fonds a déjà réalisé 6 investissements dans des startups, dont les noms seront annoncés très prochainement. Par ailleurs, les fondateurs du fonds se sont aménagés la possibilité d’aller plus loin que l’investissement de départ. “Compte tenu de la demande actuelle dans le Web 3, on n’exclut pas d’aller plus haut” a déclaré Denis Barrier, co-fondateur de Cathay Innovation, lors d’une conférence de presse dans le deuxième arrondissement de Paris ce mercredi.

Le marché du Web 3 reste néanmoins petit: à titre de comparaison l’or pèse 10 trillion tandis que le marché des cryptomonnaies a une capitalisation d’un peu plus d’un milliard de dollars. Mais les fondateurs du fonds sont optimistes.

“Le Web 3, c’est l’échange de la valeur. La valeur qui va passer sur les blockchain va très rapidement augmenter”, considère Pascal Gauthier, fondateur de Ledger.

Les fondateurs croient beaucoup dans les possibilités du web 3, et dans sa forte croissance.

“Aujourd’hui le Web 3 compte environ 200 millions d’utilisateurs. On est sur la même croissance que le démarrage d’internet. Le moment où on lance ce fond c’est comme si on était en 1997 et qu’on décide d’investir dans internet”, a déclaré Denis Barrier, qui table sur un millard d’utilisateurs dans cette industrie, dans les prochaines années.

Pour les fondateurs du fonds, la grande différence entre le web 2 (réseaux sociaux sur internet) et le web 3 porte sur la question de la sécurité des crypto-actifs détenus par les utilisateurs. En effet, dans le web 3, les utilisateurs sont propriétaires d’un asset digital (cryptomonnaies, NFT), impliquant une problématique de sécurité de ces actifs. C’est notamment dans ce sens qu’a été fondée la société Ledger, qui commercialise des portefeuilles numériques pour sécuriser les cryptomonnaies. La société revendique sécuriser 20 % des cryptomonnaies, NFT et tokens à travers le monde.

L’objectif du fonds sera donc “de financer des entreprises qui vont permettre aux utilisateurs d’avoir accès aux services du web 3 en gérant leur problématique de sécurité”, ont expliqué les fondateurs du fonds.

“Les entreprises lèvent souvent en dehors de France dans le Web 3, les venture capital (VC) ne sont pas toujours là en masse”, considère Pascal Gauthier, considérant qu’il faut “combler” un vide.

Ce dernier reconnaît tout de même que si des licornes françaises comme Ledger (380 millions d’euros levés) et Sorare (580 millions d’euros et 40 millions d’euros levés) existent aujourd’hui, c’est aussi parce que des investisseurs, ont cru en eux au départ.

Encore peu d’investisseurs français dans le web 3

Jusqu’à présent, en France, il n’existait que deux fonds français spécialisés dans le web 3: LeadBlock Partners et Signvm. Fondé en 2019, le fonds franco-britannique LeadBlock Partners investit dans des sociétés en phase d’amorçage et en série A, avec un ticket variant de 300.000 euros à 5 millions d’euros. Il a ainsi investi dans Yuga Labs, la startup derrière la collection des Bored Ape Yacht Club (BAYC).

Pour l’instant, les investisseurs français qui se focalisent sur le Web 3, en réalisant des investissements en amorçage restent des fonds français généralistes à l’instar des fonds de Bpifrance ou encore de XAnge (qui a notamment investi dans la crypto société Coinhouse et Ledger).

Leave a Reply

Your email address will not be published.