August 8, 2022

Il ne faut pas s’y tromper. Le transport aérien va mieux et s’apprête à passer un bel été après deux années d’une crise profonde et brutale. Pourtant, là où le sector s’enthousiasmait il ya quelques semaines encore avec des engagements record pour cet été, la prudence est revenue dans les discours. Réunis lors du congrès de la Fédération nationale de l’aviation et de ses métiers (Fnam) le 2 juin à Paris, les acteurs du transport aérien français ont evoqué des craintes pour l’automne au vu de la multiplication des signaux inquiétants: war in Ukraine, crise sanitaire, inflation, énergie, matières premières…

Jean-Pierre Mas, president of the association professionnelle Entreprises du voyage, posted une satisfaction certaine au momento de dévoiler les tendances pour l’été. In the segment of loisirs, the name of dossiers increased by 8% for rapport in 2019 for a chiffre d’affaires that increased by 20%. The current budget increases donc, which allows to absorb a part of the current hausse des coûts de transports, et la durée des jours s’allonge également: +15% sur juillet et août, soit un jour de plus en moyenne.

A rapidly tempérée position by March Rochet, general director of Air Caraïbes and president of French Bee. Alors qu’à la fin mars, the engagements are higher than 24% à ceux de 2019 à la méme date, le delta n’était plus 4% fin mai. They address him even if he believes that this will be the level of a good year, more than an exception.

Tourisme : “Cet été sera peut-être le plus grand été de voyage que nous ayons jamais vu” (Peter Kern, DG d’Expedia)

Le spleen de l’automne

L’inquiétude se fait plus forte sur l’automne. Sur ce point, Jean-Pierre But note that we have passed the visibility in September, with three peu d’engagements à long terme. La réduction des délais pour les décisions d’achat, déjà vu pending la crise sanitaire, semble donc be confirmed pour le moment. The uncertainties related to the war in Ukraine and a possible resurgence of the Covid-19 pandemic are naturally on the confidence of passengers to engage in long-term progress. Mais Jean-Pierre Mas voit plus loin, et se pose la question d’une dimension structuralle à ce mouvement. Of son côté, Marc Rochet confirms that he already left a creux for September and October.

Le manque d’engagements à long terme n’est pas la seule explanation de ces prévisions timides sur l’automne – ce qui pourrait laisser think à simple décalage. If the loisir goes well currently, Thomas Juin, president of the Union des aéroports français (UAF), points out that the voyage d’affaires prend traditionnellement relais in September. Hors, ce segment est toujours en retrait. I spoiled a remarrage after quelques semaines sur quelques marchés, Jean-Pierre Mas ne voit pas « d’explosion » Of the corporate demand, with an activity in the core they comprise between 70 and 80% of the level of 2019. And surtout, il ne voit pas de perspectives de rattrapage pour le moment, which will be in 2022 or in 2023.

Air France-KLM est-il paré pour affronter les vents contraires?

The inflation is not painless

Outre le changement des politiques de voyages des entreprises, d’autres facteurs pèsent directly sue la demande. Le doublement des coûts de carburant, precipitated by the war in Ukraine, led to a strong hausse du prix des billets to absorb the surcoût. Les compagnies européennes doivent aussi amortir la baisse de l’euro face au dollar. Pour l’instant, la demande tient en raison de la forte envie de voyage après deux ans de pandémie, mais la fin de l’année remains uncertain. D’autant that the passagers are confronted in parallel to the current generalized inflation. The automne will be the moment of truth, affirme donc sans détour Thomas Juin.

The president of the UAF is sure to rappel that if it will be at the level of 2019, voire superior sur certains marchés, the année 2022 encore encore en fort retrait. After a lower first quarter traffic of 37% for rapport over the past three years, I estimate that 70 to 80% of annual activity will return. Based on the forecasts of the branche Europe de l’Airport council international (ACI, association professionnelle d’aéroports), Thomas Juin ne s’attend pas à retrouver le trafic annuel de 2019 avant 2024.

Ces uncertainties are also posent à moyen terme. D’autres secteurs de coûts sont également en train d’augmenter pour le transport aérien. Marc Rochet also mentions the main d’oeuvre, which has become an enjeu majeur au vu des current difficultyés à recruiter. Il évoque notamment le sector de la maintenance, où il juge légitime une amélioration des conditions. Toujours sur la maintenance, le patron d’Air Caraïbes et French Bee also indicate the hausse du coût des pièces liée au renchérissement des matières premières. Sans oublier les coûts de l’energie. Thomas Juin points out that tout cela pèse sur une industrie dont les finances ont été mises à mal pendant deux ans, qui s’est endettée et qui doit désormais rembourser. At the end, the deux directors agree that they transport him by air to coûter beaucoup plus cher dans les prochaines années, obligeant à une maîtrise des coûts très stricte.

The explosion of e-commerce fait décoller le fret aérien

Forts pendant la crise, le fret et l’aviation d’affaires se maintiennent

Des points les plus positifs sont venus de l’aviation d’affaires et du fret. I spoiled the faiblesse du voyage d’affaires, l’aviation deprived connu a 30% rebond de l’ordre por rapport à 2019 après des années d’lent déclin, as explained by Charles Clair, president of Aston Fly et Aston Jet. The airport of Bourget also has a record of last week-end movement, well aided by the conjonction of the finale of the Ligue des champions, Roland Garros, the Monaco Grand Prix and the Cannes Festival.

Sur le fret, le dynamisme exceptionnel connu pendant la crise semble se confirmer avec une activité et des tarifs encore éleves. Olivier Casanova, CEO of CMA CGM Air Cargo, rappelled that the deux dernières années, les prix du fret aérien étaient 1.5 a 3 fois supérieurs aux moyennes historiques. Cela répondait alors à la conjugaison d’une demande forte entre les biens de consommation personnelle et le materiel sanitaire avec une offer réduite par l’absence des capacités en soute offers par les vols passagers.

Although a slowdown is being felt due to the economic and geopolitical uncertainties that are present on the march, Olivier Casanova believes that the dynamis is in the midst of it. Et il voit la demande will be maintained durably. Selon lui, the croissance of e-commerce is a little stronger than the debut of the year, but the movement is lastingly anchored in the habits of consumption. The table also shows the forecasts for croissance de l’ordre of 4% for just 2024, when the prix devraient is normalized.