August 14, 2022

Anxiogenic. It is also that the Aurel BGC cabinet qualified the speech by the patrons of the great American banks gathered for a financial conference in New York, Merciful. Using the métaphore météorologique, a grand classique dans la prévision économique, the PDG of the puissante JPMorgan Chase, Jamie Dimon, revealed that the preparations are établissement à faire à l’« ouragan » Economy who arrives and advises all the investisseurs de faire de même. « En ce moment, c’est plutôt ensoleillé, les choses vont bien. Tout le monde I thought that the fed peut gerer the situation. Mais cet ouragan est juste là, en bas de la route, il vient vers nous. Nous ne savons simply pas s’il s’agit d’un ouragan mineur ou de Sandy » – qui a frappé States-Unis in 2012 -, at-il lancé, avant d’ajouter qu’il montrera « très conservateur dans the management of son bilan. »

Nouveau cycle

The banker is concerned twice about the envolée des prix des matières premieres, exacerbated by the war in Ukraine, et du dégonflement de la taille du bilan de la Réserve fédérale. The monetary institution launched are quantitative tightening him 1er June, at the rate of 47.5 million dollars per mois. Le montant doublera à from September, pour s’élever à 95 milliards. « Nous n’avons jamais connu de quantitative tightening d’une telle ampleur, nous sommes face à quelque chose qui pourrait faire l’objet de livres d’histoire pendant 50 ans » declared Jamie Dimon. Pour lui, certains aspects de l’assouplissement quantitatif « they are returned »against the Fed, dont les taux négatifs, qu’il a qualifiés d’« huge mistake ». The Fed n’a donc pas d’autre chose to withdraw le trop plein de liquidités, in order to arrest speculation and allow a landfall du prix des maisons.

« Combien de temps ? »

The boss of Wells Fargo, Charles Scharf, a, lui also, émis avis de gros temps. « The scenario of a landing in double is… extremely difficult to have in the environment in the light of our nous trouvons aujourd’hui », declared the director of the quatrième banque américaine. If the economy remains robust, « the question is of savoir combien de temps cela durera »alors that the Fed relève ses taux pour éteindre « the fire » caused by inflation. « Nous nous attendons à ce les consommateurs, et fin de compte les entreprises, s’affaiblissent, ce qui fait partie des objectifs de la Fed, mais, espérons-le, de manière constructive », prophesy Charles Scharf. Serait-il temps de s’affoler? « This change of paradigm entails a nouveau cycle, since long times that nous n’avons pas eu à réfléchir à ce qu’est le monde avec des taux d’intérêt réels, un coût réel du capital, which will distinguish the gaining companies from losing ones », declared Ted Pick, co-chairman of Morgan Stanley. Néanmoins, the trading branch of the établissement pourrait benefiting from the volatility of the marchés alors that the clients réallouent leurs feuilles. Il n’y a guère that Brian Moynihan, CEO of Bank of America, who adopted a tone plus optimiste. Il a salué la robustesse des dépenses de consommation, dans a context de taux de chomage faible et d’augmentation des salaires.


Zip

Leave a Reply

Your email address will not be published.