August 7, 2022

L’Paris-Charles de Gaulle airport n’est pas tout à fait paré au décollage, comme le veut la formula. Jeudi, une centaine de vols prévu entre 7 heures et 14 heures sont annulés, en raison d’une grève des personnels que demandent une hausse de salaire. L’impact sur le trafic, that the DGAC explain avoir «limité», n’est que ponctuel sur cette question, mais il soulève une autre question: celle de la capacité de l’aéroport à assurer tous les vols cet été, au plus fort de la saison touristique.

La grève des salariés est en effet directly liée à la difficile reprise du trafic aérien en Europe après presque deux ans de paralysie liée au Covid-19. Comme plusieurs aéroports européens, ill prepared, celui de Charles de Gaulle manque de personnel. end of avril, le patron d’ Paris Airport (ADP) Augustin de Romanet avait 4,000 chiffré the number of posts to pourvoir à Orly et Roissy et fait part d’enormes difficultés de recrutement. ADP, who is separated from 1,300 salaries in 2021 to go through the crisis, will recruit 600 people to cover the departments.

A salary hausse of 300 euros demanded

La pénurie frappe surtout les techniciens de maintenance, des personnels qualifiés chargés de régler les dysfunctionnements sur les passerelles ou dans le tri des bagages. Other ends of tension majeure: the points of inspection filtering (PIF) and the police aux borders (PAF). Les points d’inspection filtrage, où bagages et passagers sont contrôlés, nécessitent environ 5,000 agents pour fonctionner correctly à Roissy et Orly. Selon le Syndicat des entreprises de sûreté aérienne et aéroportuaire (SESA), between 300 and 500 posts seraient à pourvoir.

A Roissy, la grève des personnels au sol est soutenue par une intersyndicale (CGT, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC, Unsa et SUD), who demanded 300 euros of hausse de salary « sans condition, pour toutes et tous ». “I wasted the reprise of the traffic and the beneficial effects, not the work that was paid for the just value”, s’indignent the syndicats dans un tract commun. “Tout augmente, sauf nos rémunérations”, dénoncent-ils.

For FO, “the chaos rose after several weeks for the salaries working on the names of airport platforms in France and Europe is intolerable.” The union estimates that 15,000 people have lost their jobs in many years in the air sector due to the Covid-19 pandemic, who are concerned about “pressurized salaries”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.