August 8, 2022

The general director and the president are opposed to the strategy that will be presented the week ahead. Thales continues to pousser pour racheter la division cybersécurité.

The crise n’est jamais vraiment ended chez Atos. A nouveau directeur général a pris ses fonctions depuis le 1er janvier et déjà, his relations s’avèrent tendues avec son conseil d’administration of him. C’est pourtant le président Bertrand Meunier que a choisi et nommé en fin d’année dernière Rodolphe Belmer. More the definition of the strategy, which doit être présentée mardi prochain, crystallise des tensions fortes au sommet d’Atos.

Selon plusieurs sources proches du groupe, des options stratégiques proposed by Rodolphe Belmer ont été rejetées par le conseil d’Atos à plusieurs reprises. Dernier refus en date, le 17 mai, veille de l’assemblée générale lors de laquelle les deux hommes faisaient pourtant bonne figure et masquaient leurs désaccords.

Ces derniers mois, le directeur général a balayé différents scénarios dont le socle était an important modification du perimètre d’Atos. Car le groupe souffre du déclin de son activité historique de gestion de parcs informatiques. On the contrary, sa pépite, the activities of cybersecurity and supercalculators voit are chiffre d’affaires progresser d’environ 10%. Cette division est au cœur des attentions. Atos a kiss of the developer mais ne dispose pas de gros moyens.

Future of the cyber branch

According to multiple sources, Rodolphe Belmer a ironé sur son introduction en Bourse mais aussi sa scission, accompanied by the entrée d’un partenaire industriel. Le directeur général a même étudié l’option d’un rachat de l’ensemble du groupe. Mais à chaque fois, ses réflexions of him ont été retouches.

“Le conseil veut maintenir l’indépendance et l’intégrité d’Atos, ajoute cette source. L’objectif est de ne rien sacrifier”. The relations between Rodolphe Belmer and the president of Atos, Bertrand Meunier, are “tendues” au fil des mois, according to multiple sources.

“Il already certainement des regards différents sur les différentes options qui ont été étudiées”, recognized à demi-mot un porte-parole d’Atos.

“The question that poses cet affrontement est: que fixe la stratégie?, explain a cadre d’Atos. C’est le conseil, pas le directeur général même s’il a essayé”. Le bras de fer est si fort qu’en interne, certains s’interrogent sur le maintien de Rodolphe Belmer à son post de lo. A difficult decision to be made by the council of administration of Atos six mois seulement après are arrived from him and the eviction of his predecessor Elie Girard.

Thales seme le trouble

These disagreements are amplified by the arrival of an actor dans le jeu: Thales. Le groupe de defense cherche à racheter à Atos sa division de cybersécurité. Plusieurs approches ont été menées mais Atos oppose, pour le moment, une fin de non-recevoir. “On ne va pas accueillir un prédateur les bras ouverts” s’agace une source proche du conseil d’administration.

Rodolphe Belmer to déjà declared in March that the cybersécurité n’était “pas à vendre”. Mais il semblait plus ouvert que les administrateurs d’Atos. “Il était prêt à nous écouter”, confirmed a statement by Thales who regrets that there is no discussion in this lieu. Atos semblait prêt à discuss d’une alliance dans la “cyber” dans laquelle Thales will be a minority actionnaire. More le groupe de defense n’en veut pas à ce stade. Son PDG, Patrice Caine, continue to have intense lobbying. Il met the pressure à all the levels of l’Etat, notamment du ministère de la Défense, un client important des deux entreprises.

L’Etat trench

Thales fait passer le message qu’il “ne lancera pas d’assaut sur Atos” confient plusieurs sources proches du groupe. Mais Patrice Caine ne désarme pas. The cybersecurity is essential in his strategy and he abandoned it for the idea of ​​racheter cette activité d’Atos qu’il lorgne depuis plusieurs années. “Il s’en remet à l’Etat qui doit maintenant trancher”, added one of his proches. Chez Atos, on temporise also. “Il faut laisser le temps au nouveau gouvernement de se pencher sur notre avenir, glisse un cadre qui en profite pour tacler Thales: l’Etat n’aime pas les hostile solutions”.

Dans ce dossier, l’Etat est partout: client important d’Atos et de Thales dont il est aussi actionnaire. They are also Airbus and Orange, the other groups that are interested in this cybersecurity division. “Macron veille à ce qu’Atos reste en France” understand dans l’entourage du gouvernement. Le président dispose en plus d’un relai de poids chez Atos. The former Premier Minister, Edouard Philippe, is now the administrator of Matignon for two years.

Leave a Reply

Your email address will not be published.