August 14, 2022

La France n’a toujours pas envoyé à la Commission européenne son program de redressement des comptes publics, le « program de stabilité », attendu en normal temps le 30 avril au latest. Il faut dire que en décidant de mettre the totalité du surplus de recettes surprise de 2022 dans la lutte contra l’inflation et la défense du pouvoir d’achat – a coquette somme de 55 milliards d’euros, ont annoncé Bruno Le Maire et Gabriel Attal mercredi–, l’exécutif n’envoie pas le plus rigoureux des messages à Bruxelles.

If he finished his fire on the plafond à Bercy, Emmanuel Macron was good at rejouer le coup de la cagnotte. Comme à l’époque du mauvais coup de Jacques Chirac à son Premier Lionel Jospin, des dizaines de milliards d’euros de recettes supplémentaires vont des ce vendredi en hausse de penses sociales, de traitement des fonctionnaires ou en chèques carburant. Des pense perennials, crantées for the années to come, well after the “cagnotte” aura shoots out for laissez-faire to toujours plus de dette.

Mais en luttant contre l’inflation et en soutenant le pouvoir d’achat, la France diffère-t-elle des autres pays européens? Fait-elle cavalier seoul dans une fuete en avant keynésienne au risque de se faire sanctionner par les marchés? Où la zone euro fait-elle preuve d’homogénéité, of coordination dans l’application of its public policies, which unquestionably strengthens the advantage that it has in the affair? Founder of the site fipeco.fr, former magistrat of the Cour des comptes, François Ecalle, to disséqué pour l’Opinion les perspectives de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne, des Pays-Bas et de la Belgique.

Decrochage. In matter of public finances, tout part du niveau de croissance. C’est lui qui determine le level de recettes, donc de deficit. Or ici, le point de départ n’est pas glorieux. Bruno Le Maire explained to the beauty that “it is not difficult, it is about public finances, about the economic situation that is solid”, the reality, that “all the countries favor a net sluggishness of leur croissance dans les prochaines années », states François Ecalle. Pire: the France décroche.

In effet Bercy vient to lower the croissance forecast 2022 to 2.5% when the average weight of European countries is 3.5%. Une moyenne qui devrait tomber à 1.2% in 2025 et il n’y aucune raison que la France fasse mieux que cela. Côté inflation, la France comme les cinq autres pays examined anticipent une forte hausse des prix cette annéeSuivie for a net slowdown in 2023, after an automatic stabilization of 2% in 2024-2025, Seoul les Pays-Bas faisant exception avec an anticipation of 2.5% in 2024 and 2025.

Cela veut dire a peu plus de recettes à court terme grace à la hausse des prix et des salaires – même si, comme on le souligne à Bercy, « a strong inflation, c’est aussi des supplementaires » – mais acontra aussi une tendance plutôt baissière à moyen terme du fait du ralentissement de la croissance. A double dynamique that laissez-faire qu’une option vraiment efficace et pilotable pour le redressement des finances publiques: le control du level des pense.

Face à la crise, l’heure est toujours à la dépense en Europe. Yes le robinet d’argent gratuit de la Banque centrale européenne (BCE) vient d’être coupé par Christine Lagarde, tous nos voisins ont fait le choix de protéger ménages et entreprises face à la montée des prix et la crise énergétique. To my-année, la France est dans le trio de tête des pays les plus dépensiers avec 35 milliards d’euros débloqués selon the données compiled by the Bruegel Institute, in troisième position derrière l’Italie (37 milliards) and l’Allemagne (43.2 milliards). Sauf que 20 a 30 milliards supplémentaires vont arriver dans le projet de loi Pouvoir d’achat présenté la semaine prochaine. A final sprint that will propel l’Hexagone into pole position des pays les plus actifs. et suite?

Infog Dépenses 06/29/2022 Legendre

The five countries examined by François Ecalle prevoient a reduction in leur taux despenses, which will go from 51.4% of GDP in 2021 to 49.2% in 2022, sans tomber dans l’austerité pour autant. Cette baisse serait nourrie par l’arrêt des mesures liées à la crise sanitaire et une augmentation assez forte du GDP en valeur. The reduction of expenses will be ensuite plus lens, “pour atteindre 47.2% en moyenne in 2025, les Pays-Bas faisant exception avec un ratio en légère hausse”, specifies François Ecalle. L’Italie de Mario Draghi devrait signer la plus forte baisse en passant de 54% aujourd’hui à moins de 50% dans trois ans.

La France affiche pour sa part un taux de dépenses dix points supérieur à celui de ses voisins (59% of GDP in 2021). A simple return to the European currency means a reduction of 250 billion euros in expenses. Unthinkable. And if the end of the measures of urgency will allow to reduce a small amount of normal hours, this reduction will be limited tothe strong progression of spending during the crisis, caches behind the cover of « quoi qu’il en coûte ». A n’en pas douter, la France d’Emmanuel Macron remained championne du monde de la dépense.

Mur de la dette. « Comme les dépenses diminueraient [en Europe] plus what you recieve in percentage of GDP, the public spending deficit in Moyenne from 4.9% of GDP in 2021 to 1.9% in 2025 », calculate ensuite François Ecalle. One moyenne qui cache deux situations distinctes : the examined countries were actually légèrement sous 3% of deficit in 2025, when the Allemagne sera seulement à 1% of the GDP. La France will probably be a la traine. Pour l’heure, the seule promise of Emmanuel Macron is to reduce the deficit to 3%… in 2027.

Toujours plus de dépenses, donc de deficit, c’est toujours plus de dette. In the first quarter, the tricolor endettement was released for the premiere of 2,900 million euros. Based on the Ameco base, the latter will spend 3,000 billion dollars in 2023, more than slightly in percentage of GDP, spending less than 110%. They are optimistic souligneront that the endettement aura began in the beginning of 2021 alors that the dernier engagements connus de l’exécutif misaient sur a reflux from 2026. Il restera cependant nettement supérieur à celui de nos voisins, dont l’endettement moyen va passer from 94.3% of GDP in 2021 to 89.4% in 2025.

« Le Parlement français devra voter une loi de programmación pluriannuelle des finances publiques avant la fin de l’année. Je prends le par qu’elle ne s’éloignera pas trop de celle des autres grans pays de la zona euro, concluded François Ecalle. Mais comme à chaque fois, ce sera beaucoup d’affichage. Les efforts seront repoussés en fin de mandat et l’on ne fera pas grand chose au final. » Ainsi va la France depuis cinq décennies.

Leave a Reply

Your email address will not be published.