August 8, 2022

Bitcoin est dans la place – La Banque centrale ougandaise envoie des signes encourageants aux entreprises cryptos. L’institution tenait pourtant un discours sévère contre Bitcoin (BTC) et les cryptomonnaies.

Les entreprises cryptos autorisées à jouer dans le bac à sable réglementaire

La Banque centrale ougandaise fait référence, dans sa lettre adressée au président de la Blockchain Association of Uganda (BAU), Kwame Rungunda, d’une rencontre entre les 2 parties qui s’est tenue le 4 mai 2022.

La Banque de l’Ouganda s’est dite ouverte à une participation des entreprises cryptos dans son bac à sable réglementaire. Les membres de l’association qui sont concernés devront ainsi se familiariser avec la règlementation afférente.

La Banque d’Ouganda avait lancé ce bac à sable réglementaire pour la fintech en juin 2021. Cette initiative viserait à :

« (…) promouvoir l’innovation dans les services financiers, attirer des capitaux et des financements pour les entreprises fintech, et fournir des opportunités d’apprentissage partagé pour les innovateurs et les régulateurs. »

Concrètement, le bac à sac règlementaire permet aux startups fintech de tester leurs solutions innovantes dans un environnement contrôlé. Les entreprises qui souhaitent l’utiliser doivent s’acquitter d’1 million de shillings ougandais, soit environ 290 dollars.

<< Vous cherchez une plateforme crypto dûment régulée ? Inscrivez-vous sur Binance (lien affilié) <<

De l’interdiction au partage d’informations : percée des entreprises cryptos en Ouganda

La lettre de la Banque centrale indique également qu’elle est favorable à la proposition de la BAU. Il s’agira alors de mettre en place un partage d’informations sur les cryptomonnaies avec les équipes de l’institution :

« La Banque d’Ouganda accueille favorablement votre proposition de partager des connaissances avec nos équipes techniques sur les modèles commerciaux cryptos et sur la question de savoir si certains cas d’utilisation peuvent être testés dans le cadre du bac à sable réglementaire. »

La Banque centrale ougandaise est-elle en train de changer sa position actuelle plutôt réticente vis-à-vis des cryptomonnaies ? Le directeur du système national de paiement, Andrew Kawere, avait indiqué, dans un avis du 29 avril 2022, que :

« La Banque d’Ouganda a pris note d’articles de presse et de publicités conseillant au public de convertir des cryptomonnaies en argent mobile, et vice versa. »

Or, ces publicités sont, selon Andrew Kawere, illégales :

« Nous tenons à vous informer que la Banque d’Ouganda n’a accordé aucune licence à une institution pour vendre des cryptomonnaies ou pour faciliter le commerce des cryptomonnaies. Ceci est conforme à la position officielle du gouvernement, telle que communiquée par le ministère des Finances, de la Planification et du Développement économique en octobre 2019. »

L’Ouganda, tout comme les autres pays d’Afrique, est théoriquement une terre propice à l’adoption des cryptomonnaies. Cependant, la réglementation des pays du continent doit suivre le rythme des innovations. C’est seulement dans cette dynamique que les cryptomonnaies pourront y apporter de réels changements positifs.

En Ouganda comme dans d’autres pays d’Afrique, Bitcoin continue sa progression. Et vous, que faites vous pour préparer l’avenir ? Commencez à vous familiariser avec ce monde passionnant, et n’attendez plus pour vous créer un compte sur Binance, l’exchange Bitcoin et crypto de référence (lien affilié).

Leave a Reply

Your email address will not be published.