August 8, 2022

Les local collectivités n’en peuvent plus. They are names to fight against the spread of fiber. Alors que ce vaste chantier, débuté il ya peu plus de dix ans, arrive à son terme, les malfaçons et dysfonctionnements pullulent sur les réseaux. Aujourd’hui, a raccordement d’abonné sur cinq is welded by a échec. C’est sans compter sur les pannes, qui touchent, dans certaines régions, jusqu’à 3% des clients. Aux yeux de l’Avicca, qui fédère les collectivités impliquées dans le numerique, this situation is tout bonnement unacceptable.

Lors d’un colloque organisé ce mercredi à Paris par cette organisation, are president, le senateur de l’Ain Patrick Chaize (LR), n’a pas cache sa colère. To the tribune, il a fustigé “a horror film”. For étayer son propos de el, il a fait projeter sur grand écran des photos montrant l’étendue des malfaçons et des dégradaciones estatées sur le terrain. Sur l’une, on voit une armoire télécoms saccagée. Sur une autre, un technicien indélicat n’a pas hesité à pulla cable directly sur la chaussée pour raccorder un logement… De quoi susciter l’ire de Patrick Chaize, que apelé les opérateurs Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free , even if all leurs sous-traitants, à résoudre sans traîner ces grave problèmes de qualité. Sans quoi, at-il menace, « on request au gouvernement de réécrire le scénario des raccordements ». C’est-à-dire, en clair, from passer par la loi.

A nouveau plan pour la qualité des réseaux

La filière, elle, semble avoir entendu le message. Lors de ce même colloque, Philippe Le Grand, the president of InfraNum, the federation of fiber industries, launched a new plan to improve the quality of the connections. Il l’a detaille ce mercredi a The Tribune. Celui-ci rests vise à s’assurer that the techniciens des sous-traitants who intervene in the réseaux are well trained, that they work under the rules of art. Dans le cas contraire, prévient-il, ces sous-traitants “take the gate”.

Très préoccupée par le sujet, Laure de La Raudière, the president of l’Arcep, a pris bonne note de « the prize of conscience » des enjeux de qualité par les opérateurs et la filière de la fibre. Mais la cheffe de file du régulateur des télécoms appelle, elle aussi, à aller vite. « J’attends maintenant des résultats concretsat-elle I launched au colloque de l’Avicca. Nous les attendons tous… » Director du département of the Banque des territoires (Groupe Caisse des dépôts) in charge of the numerical transition, Antoine Darodes, lui, considers that the problems of quality need a «Reinvestissement massif dans le génie civil, dans les derniers mètres pour effectuer les raccordements». « If the plus of 3 million euros of réinvestissement, nous disposons de solutions de financement »at-il I indicated.

Les déploiements se poursuivent à toute vitesse

The situation apparaît, quoi qu’il en soit, urgent. Et pour cause: les Français are rapidly becoming à la fibre. Aujourd’hui, plus dix millions of foyers utilisent cette technologie pour se connecter à Internet. L’appétence de la population pour la fiber va crescendo, dans le sillage des déploiements qui se poursuivent à toute vitesse. Lors du colloque de l’Avicca, InfraNum indicated that in 2021, that 5.6 million locaux ont été rendus raccordables. Ce qui est enorme. In 2022, the federation will attend encore 5.5 million. D’ici à la end de l’année prochaine, c’est pas moins de 42.7 million locaux que seront raccordables à cette technologie, sur a total de 44 million. La France a fait le choix politique d’aller vite pour déployer l’Internet à très haut débit. Il s’agit maintenant de bien faire.