August 14, 2022

After des mois, you pouvoir d’achat snail at tête des priorités des Français dans les probes et cette tendance n’est visibly pas proche de s’inverser. Car le pouvoir d’achat pourrait connaître cette année sa deuxième plus forte baisse en trente ans depuis le gran choc fiscal des années 2012-2013, si l’on croit les prévisions économiques pour la France en 2022 publiées ce jeudi par l’Observatoire Français des conjonctures économiques (OFCE).

Ainsi l’OFCE s’attend à ce that cet indicateur «contract en moyenne de 0.8% pour les ménages français, et ce malgré les mesures prises par le gouvernement, y compris the revalorisation des retraites of 4% récemment annoncée », indicates l’economiste Mathieu Plane, who directed l’étude du center de recherche. After 1990, it is certain that during the years 2012-2013 – with the financial shocks conducted by Nicolas Sarkozy and François Hollande – that the baisse is stronger than 1%. During the health crisis, the “quoi qu’il en coûte” avait anesthesié les effets de l’arrêt brutal de l’activité.

Consommation in Bern

Cette situation results, well understood, from the flambée de l’inflation I found later that an et attisée for the war in Ukraine. L’OFCE s’attend à ce celle-ci atteigne 4.9% en moyenne sur l’année, avec même une hausse des prix de 22% pour les seuls produits énergétiques. “Without the specific measures prises for the government (bouclier tariff, remittance of 15 cents on fuel, etc.), the inflation will be set at 7%”, says Mathieu Plane.

Pour l’OFCE, il faut donc s’attendre à ce que «cette contraction du pouvoir d’achat despite the dynamique de reprise à travers la faible dynamique de la consommation des ménages en l’absence de réduction du taux d’épargne dans a context I marked a couple of strong geopolitical uncertainties ».

In fact, in the first quarter, the households ont réduit leur consommation (-1.5%) et si celle-ci devrait augmenter de 2.5% en 2022 en moyenne, le taux serait de 0% en glissement annuel en fin d’ annee. Les Français ont par ailleurs peu de chance de puiser outre mesure dans leur bas de laine: le taux d’épargne pourrait atteindre 16.7% en 2022, «soit 2 points au-dessus du niveau d’avant crise alors que l’épargne joue en général un rôle d’amortisseur pendant les crises », reveals Mathieu Plane.

Retour au plein-emploi compromis

Dans ce contexte, l’OFCE table sur une croissance de 2.4% cette année ( against 2.7% last week to have compte of the Degradation of croissance purchases operated recently by the Insee ). A slowdown that devrait enrayer l’embellie verified sur le front de l’emploi depuis plusieurs mois avec un taux de chômage attendu stable à 7.3% à la end de l’année et une croissance de l’emploi de 0.6% . « The objectif d’un return to full-emploi is going to be difficult, nous avons mangé notre pain blanc », estimates Eric Heyer, director of the OFCE.

Logiquement, cet assombrissement des perspectives aura des conséquences sur les finances publiques. The deficit is still at 5.6% of GDP, against 5% initially expected. The OFCE is evaluated at 1.3 point of GDP the resilience plan (Indemnity inflation, remittance of 15 cents, bouclier tariff, etc.) Let it be, and estimate the future projet de loi sur le pouvoir d’achat (cheque alimentaire, indexation des benefits sociales, hausse du point d’indice des fonctionnaires anticipate à 2 points etc.) pourrait représenter 0.4 point of GDP. De quoi complicar l’équation budgétaire.

“Envisage the basics of structural impôts and they seem to have an absolute priority so much so that the uncertainties over the croissance are not light”, predicted Xavier Ragot, president of the OFCE.

Leave a Reply

Your email address will not be published.