August 14, 2022

I posted on 1 juil. 2022 at 12:22Mis à jour le 1 juil. 2022 at 14:54

Doucement more sure, l’inflation dans la zone euro is rapproche de la barre des 10%. According to Eurostat, the European Statistical Institute, the price of consumption was 8.6% lower than last year, compared to 8.1% earlier. Desormais, l’inflation depasse les 10% dans neuf pays de la zona euro.

C’est unpublished. D’autant que cette augmentation de l’inflation intervened alors que la hausse des prix a idling in Germany in June, in raison des subventions mises en place par la coalition au pouvoir de l’autre côté du Rhin. Or, Germany represents around 30% of the GDP of the euro zone.

Le bond des prix de l’energie

Comme c’est le cas depuis bientôt un an an, c’est la flambée des prix de l’énergie que explique cette nouvelle accélération de l’inflation. Ils ont bondi at an of 42%, notamment in raison de la guerre in Ukraine. La Russie ayant commencé à réduire ses livraisons de gaz à moreieurs grands pays de la zona euro, les prix retent très éleves sur les marchés et chacun en Europe, le gouvernement allemand en premier lieu, craint une pénurie cet hiver. The hausse des prix de l’energie explains a little more of the reason for the progression of inflation after a year.

L’autre mauvaise nouvelle, c’est que the food prize augmentent also très vite. Sur un an, les prix du tabac, de l’alcool et de l’alimentation, ont grimpé of 8.9%. The encore, the war in the Ukraine nettement the exports of cereals plus fertilizers, not the Russia and the Ukraine are major producers. It is extremely likely that inflation will remain three times higher just before the end of the year, the novelty flambée of the energy price will be affected by the price of detail and the price of food products grimperont encore.

Inflation : the home of 10 products and services du quotidien

Do you see the recession?

Voilà qui ne fait les affaires de personne en Europe. D’abord pour les consommateurs. Leur pouvoir d’achat est amputé par l’inflation à court terme, ce qui mecaniquement in spite of the demand.

The companies they, vont probably être amenées à augmenter leurs prix de vente progressivement, in raison de la hausse de leurs coûts et des wage claims qui ne manqueront pas de refaire surface dans les prochains mois. I will say to Patrick Artus, Chef Economist at Natixis, that “the risk of inflation is more than it has risen in the euro zone that is Etats-Unis”. The risk of shortages of oil, and gas avec the war in Ukraine, of the rattrapage of salaries that remain to come on the Old Continent, of the depreciation of the euro that pulls the price of imports to the house and of the soutien du pouvoir d’achat par les Etats européens, ce qui n’est pas le cas aux Etats-Unis.

Les économistes sont tous en train de réviser à la baisse leurs prévisions de croissance pour cette année et l’an prochain dans la zone euro. Debut juin, dans ses nouvelles prévisions, la Banque centrale européenne (ECB) évoquait a pessimistic scenario , which integrates the total coupure du gas russe cet hiver. Dans ce cas, la récession serait forte. The inflation atteindrait en moyenne 8% dans la zone euro cette année et serait encore de 6.4% l’an prochain. The GDP chuterait même au deuxième semester de cette année et baisserait de 1.7% l’an prochain. Sans compter que en cas de pénurie de gaz, le rationnement ne sera pas facile à mettre en place pour les democraties. L’arbitrage entre le fait de minimiser les coûts économiques et les coûts politiques promet de beautiful passes d’armes en Europe.

Leave a Reply

Your email address will not be published.