August 18, 2022

Elon Musk’s offer to racheter Twitter agitates the American specialists on questions of national security, see the Washington Post. In cause : les liens entre le groupe Tesla, qui appartient au multimillionnaire, et la Chine. Selon eux, cette operation risquerait of transforming Twitter into a megaphone for Peking’s anti-American propaganda.

Lorsqu’Elon Musk avait assured, mi-avril, vouloir acquerir Twitter au nom de la “liberté d’expression”, d’aucuns voyaient déjà the specter of Donald Trump revenir hanter le célèbre réseau social. D’autres redoutent une autre ombre… celle de la Chine, who benefited from the accession du patron de Tesla et de SpaceX à la tête de Twitter. Cette acquisition pourrait constituer une “menace pour la sécurité nationale américaine”, ont also assured une douzaine d’anciens et d’actuels membres de l’administration, chargés de contrôler les investissements étrangers aux États-Unis, questioned by the Washington Post, June 2.

“Etant donné le volume d’informations, le nombre d’utilisateurs influentes et la quantité de données personalles sensible dont dispose Twitter, toute possible influence étrangère dans cette opération sera regardée de très près”, assure au Washington Post, Richard Sofield, who a I worked with the Foreign Investment Committee (CFIUS) during the presidencies of Barack Obama and Donald Trump. The CFIUS to d’ailleurs began to be interested in the ramifications of this transaction to the foreigner and more specifically in China, souligne le quotidien de la côte Est.

The giga-usine in China, Tesla’s Achille heel?

L’inquiétude porte essentiellement sur les liens entre Tesla et la Chine. The Foreign Investment Committee is the first to pull the alarm bell: Jeff Bezos, CEO of Amazon, s’est déjà sued him 26 avril if “Pékin ne venait pas de gagner un peu de moyen de pression sur notre place du village [Twitter] thank you cette offre”. More, at the time, the observers and avaient surtout vu a coup bas porté par l’un de ses principaux concurrents dans la course à l’espace. Jeff Bezospatron of Blue Origin, aurait sciemment agitated the chiffon rouge chinois, aware that the American administration is très chatouilleuse sur la question.

Now it is difficult to minimize Tesla’s dependence on the age of China. “In 2019, Tesla is the first non-Chinese company to own 100% of its power plant in China and Elon Musk in a profit to build a giga-power plant that works well”, reports Jean-François Dufour, director of the cabinet de council DCA China-Analyse.

Pékin avait par ailleurs déroulé le tapis rouge à l’entrepreneur nord-américain en lui faisant bénéficier “d’aides à l’implantation valant plusieurs milliards de dollars à travers des terrains accordés à bas prix, des prêts à faibles taux d’intérêt et des reductions d’impots”, Rappelled the New York Times.

On the other hand, Elon Musk, in fact, used the base arrière de son expansion, non seulement en China, mais dans toute l’Asie. Preuve de l’importance de ce site pour le number 1 mondial des voitures électriques: in 2021, plus the moitié des automobiles manufactured by Tesla dans le monde ont été assemblages précisément dans cette usine. To Lui Seoul, I left Chinese to report plus 13 milliards of dollars to the American brand, soit plus d’un quart de ses revenus, details the Wall Street Journal.

The profits that quickly become Tesla’s Achille heel if Beijing decides to serve as the best pressure. “The authorities peuvent très bien restreindre l’accès des voitures Tesla au marché chinois if Elon Musk vient à les decevoir d’une manière ou d’une autre”, affirmed Jean-François Dufour.

A precedent in 2019

A scenario in this country is abracadabrantesque: in 2019, Beijing avait sued Tesla for ne pas envoyer aux États-Unis les données que ses voitures connectedées collectaient sur les utilisateurs Chinois. Under pressure, the group of Elon Musk avait donc ouvert un center de données à Shanghai deux ans later. Cette bataille pour le contrôle des données personnelles traduit, according to Jean-François Dufour, “the will of Pékin de marquer son territoire et de réaffirmer son autorité sur les acteurs étrangers présents sur son territoire”.

Et Elon Musk avait alors pu voir à quel point Pékin pouvait se monrer vindicatif à l’égard des entreprises ne caressant pas le régime dans le sens du poil. Ainsi, the brand H&M s’est, elle, retrouvée bannie d’Internet en China [et des tout-puissants sites d’e-commerce comme Alibaba] For avoir decided, in 2021, of ne plus utiliser de coton coming from the région du Xinjiang, où Pékin est accusé d’avoir recours au travail forced dans les champs de coton.

Tesla’s “giga-plant” in Shanghai is not, in fact, a seule source of economic dependency in China. Il en va de même pour la manufacture des moteurs électriques dont sont équipées les voitures du groupe américain. give a rapport of mai 2022 sur les composants utilisés For the manufacture of his vehicles, Tesla noted that the majority of Chinese fournisseurs et dependent on premières foreign materials mainly in China or by Chinese groups.

“Tesla is not more dependent on the Chinese fournisseurs that no matter what the other constructor of electrical voitures, more than the influence of Elon Musk, Pekin peut davantage être tenté d’utiliser cette armes against Tesla than against General Motors or Volkswagen”, sums up Jean-François Dufour.

Aware of the implications of this dependency, Tesla evoked the possibility of se lancer dans l’industrie minière, mais “cela prendrait plus de sept ans pour y parvenir”, according to Gavin Montgomery, spécialiste des matières premières pour la cabinet américain, Wood Mackenzie , I asked for the Washington Post.

A cheval de Troie de la China pour quoi faire?

Les craintes des autorités américaines de voir Elon Musk became a cheval de Troie de la Chine, s’il rachetait Twitter, viennent aussi du fact that “l’entrepreneur a toujours eu un discours très positif à l’égard de la Chine et de ses intérêts”, notes Jean-François Dufour. I also accepted sans broncher that Pékin ferme son usine à Shanghai au moment du confinement de la capitale économique chinoise en mars. Elon Musk avait pourtant raised au scandale lorsque the Californian authorities avaient pris a similar decision avec son Fremont au debut de la pandémie, in April 2020. Il avait même alors menacé de délocaliser toute sa production au Texas.

>> Read also on France 24 : Covid-19 : Elon Musk rouvre son usine Tesla et met au défi les autorités américaines de l’arrêter

La Chine a donc les moyens d’obtende d’Elon Musk a traitement de faveur. Mais en quoi cela constitue-t-il un risque pour la sécurité nationale américaine? On the face of it, “an obvious problem is the actions of the Twitter user personnel,” a former adviser to Barack Obama, who preferred to guard anonymity, told the Washington Post.

“Chine is clearly benefiting from this situation for demanding information on all of the critics of Beijing on Twitter”, added to the New York Times, Murong Xuecun, a Chinese writer who was questioned by the Chinese authorities in 2019 after some critical tweets in the care of Chinese President Xi Jinping.

“If Twitter is interdicted in China, it seems good that Beijing recognizes that it can be a formidable tool of influence,” Jean-François Dufour observes in summary. According to the expert, the Chinese regime is well aware that it can be used more freely if Elon Musk effectively grasps the social networks: “the truth is that Twitter has become a global megaphone for Chinese propaganda,” noted the expert.

Les Chinois sont déjà passés maîtres dans l’art de diffuser leur propagande sur les réseaux sociaux, souvent pour critiquer les États-Unis. More Twitter tentait jusqu’à present de réduire cette déinformation en fermant des faux comptes utilisés uniquement pour amplifier le discours officiel chinois, rappelle le Wall Street Journal. And the vision of an “absolute freedom of expression”, defended if ouvertement avec ardeur by Elon Musk, marierait très bien avec los chinaises ambitions de porter haut et loin leur message sur la scène internationale.

Les autorités manquent de moyens pour empêcher ce rachat au nom de la sécurité nationale. The Committee for Foreign Investment has the vocation to block an operation between two Americaines, which is the case with Twitter and Elon Musk. Leur seul espoir est that Tesla’s employer finally decides that he is at the tête de l’empire des gazouillis ne l’interest plus.

Leave a Reply

Your email address will not be published.