August 8, 2022

ÉTATS-UNIS – Après des semaines de silence sur ce sujet, Google annonce vendredi 1er juillet que les données de localisation des utilisateurs seraient automatiquement supprimées en cas de visita d’une clinique spécialisée dans les avortements.

“If we identify systems that a person is relinquished in a (sensitive) settlement, we supprimerons ces entrees de l’historique de localization peu après leur visita”, declared Jen Fitzpatrick, a vice-president of the groupe California, dans a communique.

This decision intervened one week after the Cour suprême des États-Unis ait révoqué le droit fédéral à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Of them, the democrates et associations de défense des droits humains craignent que les personalles de femmes que ont avorté ou d’individus que les auraient aidées ne soient retenues contra eux par les procureurs d’États conservateurs ayant interdit l’IVG.

Ils appellent donc depuis des semaines les grandes technologiques à ne plus conserver autant de données personnelles, des recherches en ligne sur l’avortement aux déplacements sur les applications comme Google Maps.

more GoogleMeta (Facebook, Instagram) and Apple are three remaining silent jusqu’à present.

Jen Fitzpatrick reports that the localization history is disabled by default and that the users can control what is preserved or not.

The detoxification centers are also concerned

With regard to the requirements of the authorities, he also assures that Google will adhere to the habit of “repousser when they are extensive”.

“Nous prenons en compte les attentions in terms of confidentiality and security of persons who use our products and we prevent them when we agree to the demands of the government, to moins that we see soient in jeu”, added.

For the sensitive establishments concerned by the decision to sell, Google includes the centers d’hébergement in cases of domestic violence, the clinics specialized in the part of poids or the centers of detoxification.

Certaines lois adoptées avant même l’arrêt de la Cour suprême, comme au Texas In September, encouragement of simple citoyens to lancer des poursuites contre des femmes soupçonnées d’avoir avorté ou des people les ayant aidées – me un chauffeur Uber que les aurait emmenées à la clinique, par exemple.

Les technologies de Google risquent donc of becoming “des tools pour les extrémistes qui veulent réprimer les people en que de soins de santé liés à la reproduction”, ont écrit 42 elus américains dans une lettre ouverte, addressed to the end of the leader of Google Sundar Pichai .

“Car Google conserves the information on the geographical location of hundreds of millions of smartphone users, which is regularly shared by government agencies”, ont-ils detaillé.

À voir également sur Le HuffPost: Aux États-Unis, the pro-IVG is mobilized in inviting the women to come “camper” là où c’est légal

Leave a Reply

Your email address will not be published.