August 8, 2022

Le marché des cryptomonnaies est toujours dans le rouge. D’après Sam Bankman-Fried, le PDG et fondateur de FTX, certaines plates-formes seraient d’ailleurs secrètement au bord de la faillite.

Sam Bankman-Fried, le PDG et fondateur de la plate-forme d’échanges de cryptomonnaies FTX, dresse un bilan particulièrement pessimiste de l’écosystème des crypto-actifs. Interrogé par nos confrères de Forbes, le milliardaire estime que de nombreux acteurs sont actuellement en grande difficulté.

En effet, les entreprises du secteur souffrent de l’effondrement du marché des devises numériques. Depuis le krach de l’UST et de l’écosystème Luna, le roi Bitcoin a complètement dévissé. La cryptomonnaie s’échange en ce moment autour des 20 000 dollars. Comme toujours, le Bitcoin a entrainé la plupart des monnaies numériques dans son sillage. C’est un véritable carnage et le pire serait encore à venir, estiment les experts.

La face cachée de l’iceberg

Plusieurs acteurs phares de l’écosystème ont perdu des sommes colossales depuis la baisse des cours. C’est le cas de la plate-forme de prêt Celsius. Après des pertes pharaoniques, l’entreprise s’est résolue à geler les retraits et les transferts, provoquant un vent de panique dans tout l’écosystème. Proche du dépôt de bilan, l’entreprise a sollicité les services de plusieurs cabinets d’avocats spécialisés dans le redressement de sociétés.

Three Arrows Capital (3AC), un fonds d’investissement basé à Singapour, a également été touché par le krach. Un tribunal des Îles Vierges britanniques vient d’ailleurs d’ordonner la liquidation du fonds. Fondé en 2012, 3AC n’a pas été en mesure de rembourser une dette contractée auprès de Voyager Digital, un courtier en actifs numériques. Le fonds était excessivement exposé à l’UST.

Citons aussi le cas de Coinflex. Comme Celsius, la plate-forme a suspendu tous les retraits en « raison des conditions extrêmes du marché ». La société précise par ailleurs que Roger Ver, une figure phare de l’écosystème, n’a pas honoré ses dettes envers elle. Il devrait 47 millions de dollars à Coinflex.

D’après Sam Bankman-Fried, il s’agit uniquement de la face visible de l’iceberg. Le milliardaire estime qu’il « y a des bourses de troisième zone qui sont déjà secrètement insolvables ». Concrètement, d’autres sociétés devraient annoncer de mauvaises nouvelles dans un avenir proche.

Le fondateur de FTX ne parle de plates-formes de premier plan, comme Binance, Coinbase ou Crypto.com, mais de sociétés plus modestes. Pour rappel, on compte plus de 600 plates-formes d’échange dans le monde. Bankman-Fried affirme que trop de plates-formes ont proposé des rendements généreux sur les dépôts de cryptomonnaies pendant la hausse du marché pour séduire de nouveaux clients.

FTX à la rescousse

Dans ce contexte de crise, Sam Bankman-Fried a récemment participé au sauvetage de plusieurs acteurs par le biais de FTX ou d’Alameda Ventures, son fonds d’investissement. Il est notamment venu au secours de BlockFi en lui accordant une facilité de crédit renouvelable de 250 millions de dollars. En miroir de Celsius, BlockFi est accusé d’avoir mal géré les actifs de ses clients et d’avoir creusé son déficit. Bankman-Fried est également venu à la rescousse de Voyager Digital en rachetant 11 % des parts de l’entreprise. Par le biais d’Alameda Ventures, il a par ailleurs alloué un prêt de 670 millions de dollars au courtier.

Interrogé par la NPR, le milliardaire assure qu’il est de sa « responsabilité d’envisager sérieusement d’intervenir, même si c’est à perte pour nous-mêmes, pour endiguer la contagion ». Il se dit d’ailleurs prêt à « faire une mauvaise affaire si c’est ce qu’il faut pour stabiliser les choses et protéger les clients ». Néanmoins, le fondateur de FTX n’est pas disposé à dilapider sa fortune pour sauver les acteurs les plus fragiles.

« Certaines entreprises sont fondamentalement allées trop loin. Et il n’est pas possible de les soutenir s’il y a un trou trop important dans le bilan, des problèmes de réglementation ou s’il ne reste plus grand chose à sauver », souligne l’entrepreneur.

Ces sauvetages à répétition font partie de la stratégie d’expansion rapide de Sam Bankman-Fried. En clair, le trentenaire profite du marché baissier pour faire croître ses entreprises et renforcer son emprise sur l’écosystème. Dans cette optique, FTX envisagerait d’ailleurs de racheter Robinhood, une application de trading très populaire.

Source :

Forbes

Leave a Reply

Your email address will not be published.